Archives de catégorie : Non classé

ANNEE 2020

Les athlètes du Pays de Nemours Running Trail/USNSP  vous souhaitent une bonne année 2020.
De belles réussites sportives en fonction de vos objectifs.

Les athlètes vous attendent le
2 février 2020 au MUCO TRAIL DU PAYS DE NEMOURS.
Deux parcours, 11 km et 22 km.
Départ à 10 heures à Bagneaux sur Loing pour rejoindre le territoire de la commune de Faÿ les Nemours.
Venez nombreux découvrir l’une des deux courses 

Vous donnerez aussi votre souffle à ceux qui en manquent.
A bientôt

Trail du gypaëte

Trail de la Ptiote ➡️ 6 ème Scratch !!! (Dans les Alpes, où il y a des petites montées, presque comme par chez moi 🛣)

Au mois de janvier, je vois que le calendrier 2019 nous offre un week end de 4 jours. 📅
L’idée qui me vient direct à l’esprit est de partir et pourquoi pas faire un petit trail à la montagne ⛰ (Mon premier). 

Je regarde le calendrier des trails, et là je découvre le Trail du Gypaëte sur Cluses. 
Dans la foulée je m’inscris sur le 14 km (Trail de la Ptiote). 🏃‍♂️⛰

Je reviens brièvement sur l’entrainement ⌚ qui a commencé avec Laurent (mon entraîneur, et pour d’autres athlètes également) fin décembre… 🎅 Lui qui a passé des heures sur la piste pour me faire progresser 🔝, lui qui devait m’emmener sur le 10 km de Lisses pour tenter la qualification pour les championnats de France du 10km…!! ⚠️
Et là mi Mars, une fracture de fatigue du pied droit survient… 😭😭😭Tout s’écroule, pour lui (je pense) et pour moi (encore plus)…! 
Coupure pendant 2 mois, sans mettre les baskets ou presque…!! 😢 Donc j’enfourche le vélo pour compenser un peu… Car j’ai toujours dans l’idée ce trail le 1er Juin…! ⏳

Je reprends un programme très léger en alternance course/marche le 20 Avril… 🏃‍🚶‍🏃‍🚶‍
Et là nouvel arrêt peu de temps après avoir repris.. Petite déchirure dans le mollet gauche…! 😢

Je reprends la course à pied le 20 Mai…! 😍 Donc je sais très bien que sans entraînement depuis 2 mois et demi la course du 1er juin s’annonce très difficile mais je vais essayer…! Surtout que c’est à la montagne ⛰ et que j’habite en plaine 🛣 donc niveau dénivelé, faut chercher les ponts d’autoroute pour augmenter le D+. (Humour)

Une fois arrivé sur place, le jeudi, aussitôt j’enfile les baskets pour aller repérer une partie du parcours du samedi. 12km ▶️ 650m D+. 
Le vendredi idem 8km ▶️ 650m D+. 

Le samedi matin au réveil, les cuisses piquent vraiment. Je me dis que ça va être compliqué mais avec le peu d’entraînement, je ne m’attends pas à grand chose…!! 🤔 Juste prendre du plaisir Et se dépouiller (Ba oui hein? Un Benard quand il a un dossard il est un peu bête… il se déchire jusqu’à plus pouvoir avancer…). 

Depart 14h00 et ça part très vite…!! 
Apres 4km, je dois être 10ème, dès que c’est en faux-plat montant impossible de courir contrairement aux autres donc je marche… 🚶‍
Et on me double… 😔
Au 4ème km, on arrive au pied d’un MUR , je l’avais repéré 2 jours avant donc je savais à quoi m’attendre…!! 1km en 12’26 en plein « cagnard »… 🌞🌡 L’enfer mais je pousse fort, je remonte à la 7ème place…!! 🎖

On bascule au col, direction le lac Benit et une descente de 9km pour 1160m D-…!! Mes cuissots ne vont pas apprécier…!! 😤

Peu de temps après la bascule, je double un concurrent et me place en 6ème position que je conserverai jusqu’à l’arrivée…! 🏆
Une descente technique, des racines, de la boue, du plat (On relance la machine). Et enfin la ligne d’arrivée. 

Temps final :
➡️1h21min05sec. ⌚
➡️6ème Scratch. 🎖

Une petite victoire pour moi face aux « montagnards » du coin!! Une place inespéré, avant de prendre le départ. 
Merci à tout le monde, merci à Laurent, merci à mon kiné et merci au PNRT. 

J-15 ▶️ Trail de la Vallée des Lacs.

Valentin

Mon premier marathon (par Céline)

Tout aura été une belle aventure, riche en expériences et forte en partage, commencée avec Isa, Audrey et Carole autour d’un verre sur le « chiche on fait un marathon l’année prochaine ! » et terminée autour du lac d’Annecy.


Belle boucle dans laquelle il m’aura fallu gérer une fin de blessure, commencer la prépa 2 semaines après le groupe, faire face à l’inquiétude sur mon aptitude à atteindre un tel objectif et essayer de régler les problèmes d’hypoglycémie qui me mettent mal à chaque course.

Et je dois l’avouer : j’ai adoré toute la prépa ! Même s’il y a eu du vent – tout le temps – et s’il m’a fallu faire quelques sorties seule le soir après le boulot, à la frontale, dans les rues noires et froides. J’ai aimé la progression et découvrir que mes limites même entamées n’étaient pas atteintes, que courir sur le bitume était supportable et j’ai vraiment apprécié la diversité du plan d’entrainement.

Mais surtout, ce qui me restera de ces 3 mois de prépa, c’est la solidarité, l’esprit de groupe, l’écoute et les discussions diverses et variées qui m’ont permis de tenir et d’apprécier chaque entrainement collectif.                                                                                                                                                                                    Un grand merci à toute la fine équipe (Audrey, Carole, Isa, Sophie, Angélique, Anne-Marie, Christelle, Bruno, Vincent) et bien sûr à la disponibilité et au travail de Pascal.

Au final, je cours le marathon sur une allure régulière, je rencontre le mur pendant 5 km et j’arrive à me relancer sur les 2 km restants. Chrono de 4h17, je suis super contente !!

Arrivée sur le tapis rouge, je m’arrête et je sens immédiatement 2 jambes de bois. La raideur me fait marcher étrangement jusqu’au ravito.

L’émotion est forte : avoir terminé enfin ! avoir surmonté les douleurs ! avoir eu envie de courir jusqu’au bout ! Et retrouver le groupe, les sourires, les félicitations, les photos, la gorgée de Champagne. 

Cette belle aventure va me porter longtemps :))

Céline

Mon premier marathon (par Audrey)

Ça y est, on y est : dimanche 14 avril 2019, je pars rejoindre le groupe en trottinant à travers les quelques rues d’Annecy qui me séparent de la ligne de départ.

Dans mon grand sac poubelle (pour me protéger du froid), je ne réalise pas encore de ce qui m’attend mais finalement l’inquiétude n’est pas si importante car je sais que j’ai fait tout ce qui m’était possible pour la préparation de ce grand challenge décidé quelques mois plus tôt.

Je rejoins enfin les autres, tout le monde est là, l’ambiance est à la plaisanterie, on fait la photo puis on décide de s’échauffer un peu, le traditionnel arrêt pipi en groupe et déjà on rejoint nos sas. On laisse d’abord Angélique puis Anne Marie et Christelle qui se trouvent à des sas différents du notre.

Finalement très peu de temps à attendre dans le sas, cela avance déjà, Eric qui a pu nous rejoindre dans le sas pour des derniers encouragements et photos nous prends nos sacs poubelles (c’est dommage, nous étions tellement élégantes avec J), on se souhaite une dernière fois une bonne course et c’est parti on peut avancer jusqu’à l’arche du départ.

Et première inquiétude : trop de monde devant, on ne peut pas courir à l’allure prévue. Naturellement, je me retrouve avec Sophie comme à l’entrainement et nous courrons ensemble, du moins nous essayons pour atteindre cette fameuse vitesse et arriver à nous caler. Mais c’est très difficile, on monte sur les trottoirs, évitons les poteaux, jouons des coudes pour pouvoir arriver à notre vitesse prévue.

On fait la première boucle et repassons devant l’arche de départ et ne sommes toujours pas calées, cela nous inquiète pas mal mais pas le choix, il faut essayer de progresser, de doubler le maximum de coureurs pour y arriver. Véritablement nous y parviendrons au 5èmekm, c’est énorme nous avons l’impression d’avoir perdu du temps mais d’un autre côté après analyse cela nous aura permis de ne pas partir trop vite (pas le choix !) et de ne pas nous griller pour la suite.

Les km passent et franchement je me sens euphorique, je réalise la chance de me trouver dans ce lieu magnifique pour mon premier marathon, la montagne en fond, le lac avec le soleil qui se reflète dedans, tous ces gens autour de moi dans le même effort et le même but à atteindre, c’est un sentiment indescriptible !

Mais il ne faut pas que je m’emballe, il en reste des km à courir, et surtout j’ai en tête l’expérience de Stéphane la semaine dernière et vois bien qu’un marathon peut être très violent quand cela ne se passe comme on l’aurait souhaité. Toujours avec Sophie, nous buvons régulièrement, prenons nos gels et vérifions nos allures. Nous nous accordons même 2 pauses pipi avant le 17ekm. (Désolée Pascal, mais c’était nécessaire pour continuer à courir, l’eau des ravito était trop froide !).

Nous franchissons enfin l’arche du semi, toujours aussi bien. Certes mes pieds m’ont un peu rappelé à l’ordre mais les semelles jouent leur rôle et je fais la sourde oreille à l’échauffement qui commence.

Nous retrouvons Bruno et Isa un peu après, les doublons tout va bien, puis nous doublons Anne Marie qui nous dit que pour l’instant c’est aussi OK pour elle. Parfait, nous poursuivons.

C’est paradoxal car je sens mes cuisses qui commencent à me faire mal mais la vitesse est toujours là et même augmente. Nous progressons jusqu’au 30ekm, pas de mur ! Tant mieux, je commence quand même à chercher les panneaux kilométriques du regard. La vitesse faiblit un peu mais rien de catastrophique. 32 km je me retourne et vois Sophie assez loin, elle me dit de poursuivre, je l’écoute, ne réfléchie plus. Je ne peux plus m’arrêter, ne veux plus m’arrêter, il faut poursuivre. Au 34e, je vois Pascal qui fait signe aux autres accompagnateurs que j’arrive, il reste un peu à mes côtés, me demande comment je vais, je ne réponds pas, fait que bouger la tête pour dire que c’est OK. Je vois les autres ensuite mais c’est comme dans un rêve, je suis là physiquement mais plus de conscience de soi, je cours c’est tout.

Je vois les panneaux km les uns après les autres et calcule ce qui me reste : 7km c’est rien, continue, 5km ce n’est qu’un footing il faut poursuivre. Puis je sens une tape sur l’épaule et Isa qui me dit de la suivre mais non Isa je ne peux pas accélérer et te suivre mais bravo c’est super de te voir.

Enfin le 40ekm plus que 2, je veux apprécier ce moment mais c’est alors qu’une immense douleur au côté apparaît, je continue à courir cahin cahan (j’avais dit que je ne marcherais pas !) mais c’est horrible et je suis déçue de ne pas apprécier la fin comme je l’espérais.

Le bruit des spectateurs s’intensifie, de plus en plus de monde pour m’encourager, je vois l’arche mais il faut faire ce grand tour pour la rejoindre, passer le canal et ce petit pont, cela paraît interminable ! Puis je vois Eric et mon chéri dans la foule je reprends courage (et surtout un peu de fierté) je continue, je vois mes loulous et enfin souris car ça y est je suis sur ce fameux tapis rouge de fin et passe l’arche.

Je ne sais plus si je dois rire ou pleurer, tout se bouscule, après un rapide passage au ravito, je vois Christelle et tombe littéralement dans ses bras et craque.

Puis Sophie arrive, Merci encore Sophie ! Ce marathon n’aurait pas été pareil sans nos « bavardages ». Et enfin petit à petit tout le groupe se reforme, une immense joie nous réunie tous et quelques douleurs aussi.

 Au final je finis en 4h05et 21s et ne réalise toujours pas !

Audrey

Marathon d’Annecy

L’objectif de bon nombre de PNRTiennes et PNRTiens en ce début d’année 2019 a pour origine un pari un soir de la Corrida de Samois. 4 filles se sont mises dans l’idée de participer à leur premier marathon et c’est Annecy qui a été choisi.

10 athlètes sont venus se greffer à ce petit groupe et ils étaient donc 14 au départ de l’épreuve phare de l’athlétisme en ce dimanche 14 avril 2019 avec en objectif d’être finisher de cette distance mythique et d’aller chercher un chrono si les conditions étaient bien toutes réunies.

Bruno, Laurent et Pascal, leurs entraineurs, ont élaboré un plan d’entrainement pour leur permettre d’obtenir les résultats escomptés, le sérieux des athlètes et leur persévérance ont fait le reste.

En ce dimanche matin, la température est proche de 0 degré mais un soleil radieux et un léger vent du nord.

8h30, le départ est donné sur une des artères principales d’Annecy, au nord du lac. Après une boucle de 2 kilomètres dans les rues, la masse des 3000 coureurs emprunte la piste cyclable qu’ils ne quitteront plus jusqu’à leur retour après 42.195 km.

Beaucoup de souffrance pour nos valeureux coureurs qui auront mis entre 2h49 et 5h00 pour parcourir la distance avec en point commun une immense joie de se retrouver tous réunis pour la photo de groupe d’après course.

Franck et Fabrice réussissent la performance de battre tous les 2, en finissant main dans la main, leur record personnel et en passant sous la barre des 2h50.

Tous les participants engagés sont allés au bout de leur périple dans un grand ouf de soulagement au passage de la ligne.

La seule note négative, l’abandon de Frédéric, malade au matin de l’épreuve mais qui aura eu le courage d’aller jusqu’au semi marathon.

Félicitations à tous ces finishers, Angélique, Christelle, Audrey, Isabelle, Sophie, Anne-Marie, Céline, Carole, Franck, Fabrice, Vincent, Xavier et Bruno.

Temps et classement :

76/2714 Franck DUPRE  2H49’37 »  21ème M1H RP

77/2714 Fabrice MANDREUX  2H49’37 »   22ème M1H RP

462/2714 Vincent BILLARD 3H22’46 »  56ème M2H

951/2714 Angélique PRZYBOS 3H41’33 »   33ème M1F RP

1577/2714 Christelle LEVEL 4H00’28 »   1ère M3F

1681/2714 Isabelle BILLARD 4h04’31 »   97ème M1F

1703/2714 Audrey MARTIN 4H05’21 »  102ème M1F

1733/2714 Sophie BOURGEOIS 4h06’43 »   34ème M2F

1925/2714 Anne-Marie CHEVRE 4H14’52 »   46ème M2F

2016/2714 Céline PARMENTIER 4H17’26 »   50ème M2F

2068/2714 Xavier IBANEZ 4H21’07 »  331ème M2H

2107/2714 Bruno DUYCK 4H22’18 »  338ème M2H

2574/2714  Carole BENARD 4H58’08 » 92eme M2F

Bravo à toutes et tous !