France de trail court 2019 à Méribel

Le 11 août, Hervé portait les couleurs du PNRT à l’occasion des championnats de France de trail court à Méribel.

Le profil de la course

« Méribel : un lieu de prédilection pour le sport en pleine nature. De très beaux paysages le long des crêtes, de petits lacs, des parties techniques avec de forts dénivelés (1900 D+ sur 25 km) et surtout l’altitude : « donner son souffle » prend tout son sens à 2700 m, lorsque la moindre petite bosse devient un obstacle à surmonter. Le seul vraiment en forme ce jour-là : le chronomètre, avec les secondes qui avançaient inexorablement. Au final, 3h59, 286ème sur 779 finishers et 40ème M1. Sensation étrange : je n’ai pas vu passer les 4 heures. Très content d’y avoir participé avec la famille qui s’était levée (très tôt) pour venir m’encourager. « 

Dans la première montée

EDF Cenis Tour

3 athlètes du PNRT étaient présents pour cette épreuve de montagne, du côté de Val Cenis en Maurienne.

3 athlètes sur 3 distances différentes. Christelle Level sur le 25 km, Olivia Dufresnoy sur le 37 km et Anthony Jean sur le 55 km.

Du dénivelé au programme pour tous, avec au départ de Termignon une altitude de 1280m pour aller chercher les 2500m pour certains.

Malheureusement pour Christelle, l’aventure commence mal en ressentant une douleur au genou la veille. Elle redescend finalement sur le trail jaune de 10 km pour 810D+ :

Christelle termine 98ème sur 168 en 1h52min41s (2ème V3F)


Pour Olivia, tout se passera bien sur le trail bleu de 37 km (-> 37,8 km) et 2400D+ :

Olivia termine 103ème sur 183 en 6h50min43s (10ème SEF)

Enfin pour Anthony la course s’est également bien déroulée sur le 55 km (->57 km) et 2900D+ :

Anthony termine 67ème sur 184 en 9h30min53s (39ème SEH)

Le tout dans un décor sublime pour nos 3 coureurs. De quoi profiter quand la vitesse maximale ne dépasse pas les 4km/h.

Bonne récupération !

Trail de l’envol de la perdrix

Super Besse
28 juillet 2019
Trail de la Perdrix

Stephane sur le 30km et 1300 de D+ et  Carole sur le 16 km et 800 de D+ sont au depart.
Le temps est couvert au départ de Stéphane et la température à la station est idéale. 
Carole part 15min plus tard sous un ciel bleu. 

En revanche, pour les 2, il y aura beaucoup de vent sur les hauteurs et une température beaucoup plus glaciale.
Une belle épreuve autour des puys auvergnats dans des sentiers pas toujours très  faciles à  pratiquer en course a pied.
Mais aux dires de nos 2 athlètes de très beaux circuits qui demandent a être parcourus à nouveau.
Stéphane se classe 106eme sur 181 en 3h 36′ 24″
Carole termine en 2h31’17 » et se classe 191eme sur 215  et 3eme V2.

Bravo à eux 2 !

Trail de Guerlesquin

Samedi 27 juillet Hervé et sa famille participaient au trail de Guerlesquin en Bretagne.

« Quatrième manche du challenge Armorik Trail, le « Hent Ménez Arré » (trail de la montagne d’Arré) proposait 25 km et 1000 D+ pour se dégourdir les jambes après une semaine de canicule bretonne toute relative.

Il faut remonter à des temps géologiques anciens pour que Bretagne rime avec montagne : ici, une succession de côtes courtes, mais parfois très raides. Départ prudent :-), difficultés principales entre le 12 et le 20ème km, dernier km (enfin) roulant et un classement presque figé après le premier km. Je termine 30ème sur 133 (10ème M1) en 2h20.

Chaque membre de la famille a pu trouver son compte : Marie-Christine sur le 15 km (13ème féminine) et Jeanne sur le 7 km (1ère féminine au scratch !). Des récompenses en nature pour Jeanne : soupe de poissons, langue de bœuf, galettes, bière bretonne, … et une mer parfaite pour une bonne récup le lendemain (eau à 17 C). »

Bravo à eux !

Grand Trail de la Vallée d’Ossau

C’est à Laruns, pour 74 km et 5000D+ que Fabrice Mandreux s’est élancé le samedi 13 juillet.

« Tout ne se passe pas toujours comme prévu, malheureusement… Malgré la connaissance de la difficulté, et pourtant une bonne prépa (sorties et we chocs, trail préparatoires comme Tiranges et Gerardmer) , j’aurai cherché mes marques cette année… On a beau se dire tu vas en chier, n’empêche que quand c’est un jour sans, c’est un jour sans.
Les difficultés s’enchaînent les unes après les autres et entament le physique de façon conséquente (chutes, chevilles tordues, genou,…). Au 44eme, par message, Franck me conseille d’arrêter. La raison aurait voulu que je l’écoute mais voilà, quand on est buté par un lot finisher…(je l’aurai cette casquette !!). Alors les pauses deviennent plus fréquentes, et comme je suis encore large par rapport aux barrières horaires,  je continue, tout comme les messages d’encouragement de Virginie et de Franck. Une fin qui se fera aux forceps, au mental comme on dit dans notre milieu. Pour le détail du parcours, je vous invite à lire le résumé de juillet 2018. Les paysages n’en restent pas moins magnifiques (un peu de positif tout de même !), et notamment une superbe mer de nuages une fois en haut du col de l’Ariutort à 6h30. L’orga, les bénévoles et les ravitos sont vraiment bien ! Enfin la fin, ma famille est là et je franchis la ligne avec mes filles sous l’objectif appliqué de Virginie. 16h02 d’efforts me classent 231ème et m’abimeront les muscles comme seul mon premier marathon l’avait fait. «